Histoire

Le Moulin Crozet

Le moulin Crozet se situe sur la commune de Montceaux dans l’Ain, sur le district des Trois Rivières .

Ce moulin à eau comprend encore une paire de meule horizontale pour la farine boulangère et animale, actionnée par une roue à augets d’un diamètre de 4,50 mètres et d’une largeur de 1,20 mètres . Celle-ci est alimentée en eau par-dessus, par un bief, lui-même approvisionné grâce à un barrage placé sur le cours de la rivière  « La Calonne  » . La roue, autrefois en bois, a vu son remplacement par une roue métallique, commandée en 1929, et installée en 1936, et existante encore aujourd’hui .

La Calonne : Rivière, affluent de la Saône, prend sa source à St Trivier sur Moignand . A Cesseins, elle reçoit Le Grillet, traverse Montceaux et se jette dans la Saône à Guéreins, avec un parcours de 13 km . Vers les années 1900, elle faisait encore tourner trois petits moulins à Montceaux et un plus important à Guéreins ( 8 ouvriers) . Son débit ordinaire est de 90 mètres cubes à l’heure .

L’historique complet du moulin n’est toujours pas et ne sera peut être pas connu, étant donné son grand âge. Les premiers écrits remontent en l’an 943, ou «  Les Tald  » Comte de Macon et Berthe, sa femme donnaient à l’abbaye de Cluny, un alleu qui appartenait, sis au comté de Lyon, territoire de Peyzieu, village de Montceaux, avec église dédiée à la Vierge Marie, les vignes, terres, prés, esclaves et moulins qui en dépendaient . Tout porte à croire que le moulin Crozet, ou plutôt ce qui l’a précédé existait déjà un demi siècle avant notre deuxième millénaire . ( Histoire de Bresse et du Bugey de Mr Gacon, curé de Bagé, édité en 1825 ) .On peut donc aussi penser que celui-ci, était déjà présent bien au delà . En effet, certains écrits mentionnent le moulin comme étant une des portes de l’Ager de Betheneins, (au temps des romains).

Le moulin avait aussi un four à pain, un battoir à chanvre, et tout un équipement pour la fabrication des huiles. Ces équipements ont été progressivement demontés et remontés au XII ème siecle, pour y être installés dans le moulin se trouvant à 800 metres en amont du bief. Ce dernier se serait arrété de fonctionnr en 1914.

Autres que les diverses dates gravées sur des pierres, poutres, menuiseries du moulin et des dépendances, ( XVI , XVIII , et IX siècle ), on retrouve des courriers datés pour divers travaux de rénovation concernant le cours d’eau . En ces temps, le moulin Crozet s’appelait alors Le Moulin à Grain du Sieur Chappuis au lieu dit « Le Vernay des Bœufs  »  . ( Plan Napoléonien ) .

Aujourd’hui, on peut denombrer plus de 22 proprietaires différents, sans compter les heritiers, allant du 10eme siecle à ce jour . (partages, donations, héritages, ventes).

 

Le dernier Meunier, ancien propriétaire jusqu’en 1996, exerça jusqu’en 1969 . L’activité était principalement de moudre le grain que les paysans amenaient pour faire de la farine animale . Un contingent de 3000 quintaux était établi pour la boulangerie .

Un alleu : Nom masculin ( francique al-ôd ) . Période féodale : terre libre exempte de toute redevance, ne relevant d’aucun seigneur, par opposition au fief .